Les Jeux Olympiques de Sochi 2014 sont un succès

Févr. 23 2014 -

Le site des Jeux Olympiques préfabriqués manque d'âme et coûte une fortune, mais c'est la réussite sportive qui restera dans la mémoire. Les sites de Sochi, y compris le Chaudron Olympique, semble particulièrement étonnant la nuit.

Alors que nous arrivons à l'Hotel Omega 18 pour la presse et les médias à 3h du matin, la veille de la cérémonie d'ouverture, nous sommes accueillis par le personnel paniqué qui donne les chambres, et il est difficile de croire que ce sont les Jeux Olympiques les plus coûteux de l'histoire.

L'addition des Jeux olympiques de Sotchi, décrites par la critique comme un monument de 51 milliards de dollars pour l'ego d'un seul homme, a été dominé par des préoccupations de sécurité, des protestations pour les droits de l'homme, des craintes de dopage et des soucis de météo. Bref, comme tous les autres Jeux Olympiques modernes, mais comme les uniformes criards portés par les bénévoles toujours polis, le coté flambant est monté à des niveaux affreusement bruyants. Comme Spinal Tap, Vladimir Poutine est allé "un ton plus fort" à tous égards.

Cet énorme coût des Jeux Olympiques semble avoir été gonflé pour près d'un tiers par des pots de vin, qui ont été réfutés par Poutine. Pire encore, le bruit est sorti que les chiens errants dans les rues de Sochi devaient être abattus. Cela a alimenté une frénésie pendant les jours d'ouverture, avec des craintes de bombes dans du dentifrice et des manifestations sur les lois anti-homosexuels de Poutine, dans le principal centre de presse qui ressemble à une tour de Babel. À la fin de la quinzaine, comme à Londres, les versions grandeur nature des mascottes des Jeux sont présentées autour du centre des médias de Sotchi avec les mêmes journalistes, et les organisateurs commence à parler de succès.

Sur le plan organisation, vous ne pouvez rien leur reprocher, à part les hôtels des médias. Les bus sont à l'heure. Les édifices qui ressemblent à des vaisseaux spatiaux extraterrestres qui se sont écrasés dans un parking en béton, sont magnifiques, surtout la nuit. À l'intérieur, les craintes que l'ambiance serait ennuyeuse et vide dans ce coin reculé sub-tropical de la Russie près de la mer Noire, s'est révélée sans fondement.

C'est parfois difficile de dire qui exactement a rempli les sièges des spectateurs, mais dans des moments comme la victoire pour la course de 5000m de patinage de vitesse avec relais ou le triomphe controversé de Adelina Sotnikova pour le patinage artistique, les spectateurs étaient bien présents. Et, comme à Londres, il y a eu aussi de grands moments sportifs qui vont au-delà du pur patriotisme.

Les familles russes mangeant des hot-dogs et appréciant l'action kamikaze de snowboard, font partie de la fierté nationale que Poutine avait à l'esprit quand il a conçu son plan incroyable pour transformer sa station préférée d'été en une destination touristique toute l'année. Sur le Parc Olympique incongru, les organisateurs ont également tenté de créer une atmosphère, malgré le fait que le gazon et les arbres ne semblent pas dater d'avant Mars.

Et pourtant ce furent les Jeux Olympiques préfabriqués par excellence, la première fois qu'un pays a construit non seulement un parc olympique, mais aussi une ville pour l'accueillir. Par conséquent, malgré toute la convivialité des bénévoles, cela manquait un peu d'âme. Toute personne entrant dans le "cercle fermé" doit porter un "passe de spectateur" visible ou leur accréditation officielle. C'était difficile de se déplacer sauf en bus officiel. À l'Intérieur, la sécurité n'a jamais été violente ni agressive, mais est omniprésente.

C'était comme être coincé dans le Truman Show, le film de Jim Carrey dans lequel tout le monde est très sympa mais le personnage central réalise lentement qu'il vit dans une ville artificielle sans aucun moyen d'en sortir.

On peut aussi se demander ce qu'il va devenir de ces parcs et de ses environs, après les Jeux Olympiques. Kilomètre après kilomètres nouvellement construits, les hôtels, appartements et restaurants sont disposés au hasard. Une fête foraine ouverte avec des montagnes russes inachevées qui domine l'horizon. Un énorme nouveau port pour les navires de croisière. Une copie précise d'hôtels de ski alpin, construit à partir de zéro. De gigantesques gares étincelantes.

Dmitry Chernyshenko, le principal responsable de Sochi 2014 chargé de construire le rêve de Poutine sur 10 ans, n'a promis aucun miracle, et insiste que Sotchi sera un site prisé pour les conférences et les touristes. Le monde de la F1 viendra dans le courant de cette année, le G8 se réunira à Sotchi, l'équipe nationale de football s'entrainera ici, et il y aura en 2018 la Coupe du Monde. Est-ce que cela sera suffisant, c'est la question. Est-ce que Poutine s'en soucie, c'en est une autre question.

Au milieu de l'action sportive étonnante, des préoccupations de fond continuent de se faire entendre dans le monde des Jeux Olympiques, au-delà du site de Sochi. Certaines provenaient de Sotchi: les gardes cosaques fouettant le groupe protestataire des Pussy Riot, ou un tweet d'un surfeur australien Belle Brockhoff: "Hier, j'ai rencontré et déjeuné avec un homosexuel russe. Ce qu'il a dû subir est si déchirant. Les choses doivent changer ici." Les groupes de droits de l'homme ont demandé aux organisateurs CIO de modifier leurs critères pour les appels d'offres pour les pays organisateurs pour qu'ils suivent certaines normes minimales. Ils devraient le faire.

D'autres préoccupations sont communes à tous les Jeux Olympiques: l'incongruité d'assister à des exploits sportifs alors que la seule nourriture disponible vient de McDonalds ou de Coca Cola, l'interdiction des skieurs cross-country norvégiens de porter des brassards noirs pour supporter un proche récemment décédé, l'uniformité des Jeux Olympiques par rapport aux précédents et les manières pompeuses inutiles.

Pourtant, comme toujours, ce sont les histoires glorieuses du triomphe et de la déception humaine dont on se souviendra le plus. Le style des snowboarders montrant des dents parfaitement blanches sous un ciel bleu azur et sur la neige brillante. La passion de la foule dans l'arène de hockey sur glace du Bolshoy ou le Centre De Patinage Artistique Iceberg. La camaraderie et l'effort honnête des athlètes.

Alors qu'il ne reste qu'un jour pour ces Jeux Olympiques, il n'y a pas eu de graves incidents de sécurité. Les records sportifs ont été battus, et des moments mémorables se sont déroulés. Et c'est pourquoi, malgré toute la gêne qu'il provoque, le site créé par Poutine continuera d'accueillir de grands événements sportifs.