Les Français raflent les trois premières médailles du Skicross à Sotchi

Févr. 28 2014 -

Entre une fin élégante et historique dans un sport où les deux sont très rares, Jonathan Midol de la France a fait un petit rappel amusant que dans le ski cross, l'ordre provient du chaos, et non le contraire.

Quelques secondes après que ses compatriotes Jean Frédéric Chapuis et Arnaud Bovolenta aient obtenu la médaille d'or et d'argent au cours de la finale olympique, Midol les a rejoints après avoir dépassé la ligne d'arrivée avec un saut final. Au lieu d'un moment pittoresque avec les bras en triomphe comme cela a été le cas des deux autres premiers médaillés de la France aux Jeux olympiques d'hiver, Midol a glissé vers le bronze sur son derrière. Skis écartés. Bâtons au sol, Midol riait.

Le Skicross est gagné. La France est victorieuse.

« Les mots me manquent pour exprimer ce que je ressens », a déclaré Midol. « Avec les amis, nous avions comme rêve de monter sur le podium ensemble. Il y avait trois Français sur le podium de ces jeux olympiques, c'est tout simplement incroyable. »

Et sans précédent.

Le dernier podium obtenu par la France pendant des Jeux Olympiques remonte aux Jeux d'Été à Paris en 1924. Neuf décennies plus tard dans un sport à peine sorti du bac à sable, le bleu, le blanc et le rouge ont une fois encore remporté la médaille.

« Nous fêtons ensemble », a déclaré Bovolenta. « Nous partageons la gloire de nos victoires ensemble et nous avons également beaucoup de plaisir à faire nos entrainements ensemble chaque fois. Ce sont des instants vraiment magiques que nous avions vécus lorsqu'on était sur le podium. »

Sur de la neige fondante du Rosa Khutor Extreme Park qui a donné un effet d'escalier, rapide à certains endroits, lents à d'autres, la deuxième manche de skicross aux Jeux olympiques a produit des incidents et des accidents qui n'ont pas avantagé les favoris. L'adversaire Victor Oehling Norberg de la Suède, Médaille d'or, était en tête à quelques mètres de l'arrivée lors du quart de finale, lorsque ses skis se sont croisés. En un instant, il fut rejoint par Jouni Pellinen de la Norvège et Egor Korotkov de la Russie.

Au lieu d'avoir de l'avance pour les demi-finales, Oehling Norberg a fini troisième après avoir été quelque peu bousculé par Korotkov juste avant la ligne d'arrivée.

« J'ai simplement perdu mon équilibre », a déclaré Oehling Norberg. « C'est de ma faute. »

Ce genre de chose arrive fréquemment dans un tournoi où la malchance ne conduit pas nécessairement à de la rancune. Chris Del Bosco du Canada a manqué de justesse le prix de bronze à Vancouver en 2010 lorsqu'il a percuté une porte en finale. À Sotchi, il a été le deuxième plus rapide lors des qualifications, mais il a été éliminé dès le premier tour des éliminations.

John Teller des États-Unis a disputé une grande partie du premier tour des éliminations avec Midol. Ils se sont touchés trois fois, et Teller a perdu son élan après le choc final. C'est à ce moment qu'il a perdu son rêve de décrocher une médaille olympique.

« C'est ça le skicross ! », a déclaré le mécanicien automobile à temps partiel.

Peut-être, mais Chapuis âgé de 24 ans, produit des performances stables dans un sport où chaque descente de montagne nécessite une dose égale de courage et de chance. L'ancien skieur alpin a remporté le Championnat du monde l'an dernier et a 4 fois terminé parmi les 10 premiers de la Coupe du Monde cette saison. Il a passé un bout de temps en Turquie la semaine dernière dans l'intention de reposer son corps afin d'être prêt pour la course olympique dans les montagnes du Caucase.

Bien qu'il y ait peu de détails au sujet de sa préparation « C'est mon secret, je ne vais pas vous le dire, » a-t-il dit avec un sourire, Chapuis se consacre corps et âme à la vision de son équipe qui voyait la France comme l'un des meilleurs des Jeux d'Hiver.